Journée des droits de la femme

droits des femmes
Caroline Fabre-Rousseau

Conceptrice-rédactrice

Journée des droits de la femme : bonnes et mauvaises nouvelles

Trois jours après la journée des droits de la femme, petit tour d’horizon sur différentes études qui donnent des motifs d’espérer et de désespérer.

La femme en France

Commençons par un retour sur une étude éclairante : « Femmes et carrières, quels sont leurs atouts et leurs motivations ? » (juin 2020).

Menée conjointement par l’EDHEC Newgen Talent et CENTRAL TEST entre ler janvier 2017 et le 30 décembre 2019, cette étude révèle des différences intéressantes entre les hommes et les femmes. Elle se base sur 65 931 répondants hommes/femmes au questionnaire Profil Pro 2 passé dans des contextes de recrutement, mobilité interne, bilan professionnel ou cohésion d’équipe.

6 qualités ressortent.

L’altruisme : les femmes sont 14% plus altruistes que les hommes.

La flexibilité : les femmes sont plus flexibles de 13%.

Le besoin d’objectivité : les femmes ont tendance à être plus transparentes de 13%.

L’extraversion : les femmes sont plus extraverties de 8%.

L’intuition : les femmes font davantage appel à leur instinct, 7% de plus.

Ces qualités sont particulièrement prisées par les jeunes diplômés en quête d’un management non statutaire, où la modestie et l’empathie du manager permettent à chacun d’acquérir de nouvelles compétences, dans un climat de communication sincère et authentique. Les femmes peuvent s’appuyer sur ces qualités pour accéder à des postes de management et les entreprises peuvent s’appuyer sur les femmes pour manager les équipes.

La femme et le modèle suisse

Modestie, altruisme, loyauté, transparence, ces valeurs n’ont pas échappé à la banque suisse Vontonbel qui a décidé d’investir dans les entreprises dont les posts clés sont occupés par des femmes. Le « Top Executive Woman Basket » propose 12 types d’action parmi les entreprises au capital supérieur à un milliard de francs suisses et dirigées par des femmes depuis au moins deux ans. Cette stratégie s’appuie sur une étude du Crédit suisse montrant que les femmes prennent moins de risques que les hommes dans la gestion d’une entrerprise, ont des objectifs plus … objectifs et qu’avec des femmes à des postes supérieurs, les bénéfices sont plus stables.

La femme en Allemagne et dans le monde

Une autre étude menée en Allemagne par XING (réseau professionnel en ligne) auprès de 10 millions de membres et les plus grandes entreprises de conseil en personnel révèle que les entreprises aimeraient avoir plus de femmes à leurs postes de direction.

Selon le Bureau international du travail (2019), les entreprises qui ont des politiques de mixité ont 31% de chances supplémentaires de voir leurs résultats commerciaux en hausse que celles qui n’en ont pas.

Oui, mais entre les vœux pieux et la réalité, il y a un grand écart : selon le Forum économique mondial, seuls 36% des postes de managers senior sont occupés par des femmes dans le monde. C’est un petit peu plus qu’en 2019. Mais à ce rythme, il faudra 257 ans à l’humanité pour atteindre la parité dans ce domaine. Et la crise économique liée au Covid-19 risque de ne pas arranger les choses. À l’échelle mondiale, les femmes sont surreprésentées dans les emplois précaires et les secteurs les plus touchés par les mesures sanitaires. Sans oublier que l’explosion du télétravail a augmenté le « travail non payé des femmes » (entendez « tâches domestiques ») indique l’OCDE.

Retour en France

Les inégalités de salaires ou encore le plafond de verre étaient les aspects les plus visibles des inégalités professionnelles pendant la dernière décennie. Si les femmes ont gagné leur place dans les conseils d’administration, grâce aux quotas imposés par la loi Copé-Zimmermann (« loi relative à la représentation équilibrée des femmes et des hommes au sein des conseils d’administration et de surveillance et à l’égalité professionnelle ») qui vient de fêter ses dix ans, la parité  dans les cercles de décision est loin d’être établie. Seules trois femmes occupent un poste de direction sur les 120 plus grands entreprises françaises. Comme disait Molière, « le chemin est long du projet à la chose »…

Pour aller plus loin :

Étude femmes et carrière

Crédit suisse

Femmes managers

Inégalités salariales

Partager

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email